Vous avez probablement déjà vu des graphiques de ce type à de nombreuses reprises.

Graphique montrant l'augmentation du CO2 et de la température mondiale.

Le lien visible entre les émissions humaines de gaz à effet de serre et le climat toujours plus chaud est scientifiquement incontesté. L'effet de serre sous-jacent est basé sur la physique fondamentale.1 En fait, la science est maintenant plus certaine du fait que notre CO2, méthane et autres sont responsables du réchauffement observé plutôt que le tabagisme cause le cancer du poumon.2

"J'ai entendu différentes choses", penses-tu peut-être maintenant, et en fait, il y a beaucoup de désinformation qui circule: Autour d’une table, sur Internet, dans certains journaux, sur le compte Twitter d'un certain président américain.

Mais pourquoi ces fausses nouvelles et pseudo-vérités persistent-elles autant? La réponse à cette question se compose de deux parties: Premièrement, beaucoup d'entre nous refusent tout simplement d'accepter cette vérité désagréable. D'autre part, une véritable usine à fausses informations nous fournit les "faits alternatifs" ("Volcans! Activité solaire!") et d'autres excuses pour ne rien faire ("Ils ne font rien en Chine non plus!").

Aux États-Unis en particulier, quelques hommes très riches3 et certaines des entreprises4 qui le plus d'argent grâce à la production de CO25 mènent depuis des décennies une campagne de désinformation et de confusion6 très réussie. Ils ont payé7 et menacé8 des scientifiques, fondé des des think tanks9, 10, 11, commandé des études et envoyé des "experts" dans des talk-shows pour semer le doute encore et encore sur ce qui a longtemps été considéré comme des connaissances scientifiques: que c'est nous qui, avec notre dépendance aux combustibles fossiles et au bœuf, rendons la terre de plus en plus chaude et les océans de plus en plus acides.12
Il est bien documenté que certaines des plus grandes compagnies pétrolières savaient à peu près ce qu'elles faisaient de leur modèle d'entreprise dès 1970 environ: Le réchauffement prévu par leurs propres scientifiques* d'ici 2019 était assez précis.13

Selon le psychologue du climat Per Espen Stoknes, les cinq barrières psychologiques suivantes peuvent être identifiées14:

1. La distance "Ce ne sont plus mes affaires."

La question du climat reste étrangère à la majorité d'entre nous, à bien des égards. Nous ne voyons pas le réchauffement du climat. Nous ne pouvons pas toucher, voir, sentir, entendre ou sentir le CO2. Et mis à part la fonte des glaciers: les endroits où le niveau des mers augmente déjà de manière significative, où les inondations s'aggravent, où les incendies, la sécheresse et les autres conséquences de la crise climatique sont si évidentes en ce moment: ils sont loin. Il touche les inconnus. Ni moi, ni mes proches. Et les pires conséquences sont encore à venir de toute façon, ils attendent dans l'avenir, au siècle prochain. Ce danger est tout à fait contraire à la nature humaine, il ne déclenche tout simplement pas les mécanismes de défense/évasion nécessaires.

2. Le destin "Oui, oui, le monde arrive à sa fin. Nous savions déjà cela. »

Lorsque la crise climatique est présentée comme une crise désastreuse toujours et partout, dans toute sa puissance destructrice potentielle, beaucoup de gens se découragent. Et lorsque la sortie de cette crise semble ne consister qu'en renoncement, sacrifice et coût, une majorité d'entre nous a tendance à ne plus vouloir écouter. Et à cause du point 1, c'est malheureusement trop facile. Quoi qu'il en soit: nous avons beaucoup plus peur des pertes que des gains potentiels. Sans suffisamment de solutions pratiques, la frustration et l'impuissance grandissent, et nous n'écoutons plus. À un moment donné, nous avons entendu si souvent "La fin est proche" que nous ne voulons plus regarder.

3. La dissonance "Je ne pense pas que ce sera si mauvais..."

Si ce que nous savons (ici: CO2 = crise climatique) est en conflit avec ce que nous faisons (voler, manger de la viande, conduire une voiture, etc.), nous connaissons une dissonance dite cognitive. Cela fonctionne même lorsque des personnes qui sont importantes pour nous vivent différemment de ce que nous pensons être nécessaire. Dans les deux cas, l'absence de mesures appropriées (Rester sur le sol, alimentation à base de plantes) et l'absence de soutien social affaiblissent notre attitude face à la crise climatique. Après tout, nous, les humains, voulons faire ce qui est juste. Nous sommes des êtres sociaux. Nous voulons avoir la conscience tranquille. Nous cherchons donc une issue, et il y en a deux: 1. la conséquence la plus complète possible dans notre propre comportement (agir) - ou 2. déformer la vérité (penser), minimiser les faits, mettre en doute les déclarations des experts.

4. Le déni "Essayez-vous de me dire comment vivre à cause d'un fantasme? »

Si nous refusons, ignorons ou ne reconnaissons pas la désagréable vérité sur la crise climatique, nous trouverons une protection contre la peur et la culpabilité. Si nous allons jusqu'au rejet ouvert ou au ridicule, nous pouvons nous "venger" de ceux qui nous font du tort: en critiquant notre style de vie incohérent, en pensant qu'ils savent mieux que nous, en nous disant comment vivre! Le déni est ancré dans la légitime défense, et non dans l'ignorance, l'intelligence ou le manque d'information.

5. L'identité " Oui, encore ces éco-gens... "

Nous filtrons les informations à travers notre identité professionnelle et culturelle. Nous recherchons des informations qui confirment nos attitudes actuelles et filtrent ce qui les remet en question. Lorsque des personnes ayant une attitude conservatrice entendent un "écolo" dire que le climat change, elles ont moins de chances de le croire. Notre identité culturelle l'emporte sur les faits. Si de nouvelles informations exigent que nous changions, il est probable que l'information soit perdue. Nous rencontrons des résistances aux appels au changement.

"Une vérité désagréable?", vous pourriez penser maintenant, "Alors ça va juste se réchauffer. Mais est-ce si grave?"

C'est une question légitime, et la réponse courte est oui - et pire que ce que la plupart des gens pensent. Le nombre croissant de phénomènes météorologiques extrêmes, l'extinction rapide des espèces15 et les incendies de forêt et de brousse dévastateurs dans le monde entier ne sont que les signes avant-coureurs d'une évolution si catastrophique que pour la plupart des gens, elle est encore inimaginable aujourd'hui - ou est activement ignorée (voir "Psychologie du climat"). Le danger: lorsque des tempêtes monstrueuses16, des vagues de chaleur meurtrières17, des sécheresses et des écosystèmes mourants18, ainsi que les famines19, les migrations de masse20 et les guerres de ressources21 qui en résultent, atteindront l'"Europe sûre", il sera trop tard. Il existe des points de basculement clairement définis dans le réchauffement climatique, et une fois qu'ils sont dépassés, il n'y a plus de retour en arrière.

C'est aussi la véritable raison pour laquelle nous devons, de toute urgence, limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré. Cela n'est pas seulement dû au fait que les dommages causés par 2 degrés sont déjà massivement pires que ceux causés par 1,5 degré.22, 23 Au contraire, 1,5 degré est la limite ultime pour stopper le réchauffement avant qu'il ne devienne incontrôlable.24

Le but est d'éviter un effet domino des différents éléments de basculement du climat.

Plus d'une douzaine de ces éléments de basculement ont été étudiés. Il s'agit notamment du dégel du pergélisol (permafrost), de la fonte des pôles et de l'extrême combustion de vastes zones de forêt et de maquis déjà observés. Le CO2 émis par les feux de forêt réchauffe déjà la fonte de l'Arctique25, ainsi que d'autres processus, qui se renforcent aussi mutuellement - un cercle vicieux.

Éléments de basculement du climat dans la monde

Les chercheurs de l'Institut de recherche sur le climat de Potsdam ont calculé ce à quoi nous pouvons nous attendre dans un tel scénario non maîtrisé: une élévation du niveau de la mer de 10 à 60 mètres, une hausse de la température de 4 à 5 degrés. 26

Attention: nous parlons d'un scénario dans lequel ce réchauffement se produira malgré nos efforts de protection du climat si nous dépassons le point de basculement. Le fait est cependant que dans un scénario "Business as Usual", nous pouvons obtenir un réchauffement similaire même sans point de basculement. Le scénario le plus inoffensif pour la trajectoire actuelle (pas de réelle protection du climat) prévoit un réchauffement de 3,7°C d'ici la fin du siècle. Le coût de la crise climatique dans ce scénario est estimé à 550 000 milliards de dollars.27 C'est plus que tous les actifs disponibles aujourd'hui réunis.28 Cependant, les derniers modèles supposent que le réchauffement pourrait même être d'environ 5°C d'ici la fin du siècle.29

Certain.e.x.s des climatologues les plus renommé.e.x.s avertissent que seulement un milliard de personnes environ sur la planète pourraient survivre si le réchauffement se poursuit sans relâche.30

Aussi dramatique que cela puisse paraître: la fin de la civilisation humaine est du domaine du possible.

Lorsqu'un processus se renforce, la science parle de "feed-back positif". Il y a un moment dans le système climatique où ce processus devient si autonome qu'il ne peut plus ou à peine être arrêté par l'influence humaine. Le climat se réchauffe de façon incontrôlée, il bascule dans un nouvel état, beaucoup plus chaud: notre planète devient une "planète étuve".31

Comment ces processus se déroulent - ils? Un exemple facile à comprendre est l'Arctique, qui est en train de fondre: la glace légère réfléchit, mais les eaux noires absorbent la lumière incidente. Moins il y a de glace, plus il y a de réchauffement. Et comme la glace de mer arctique a entre - temps diminué de près de moitié, cet effet représente à lui seul un cinquième du réchauffement climatique.

Mais un exemple encore plus inquiétant est le dégel du pergélisol. Le sol gelé du Nord stocke des quantités gigantesques (1700 milliards de tonnes) de carbone. Avec l'augmentation des températures, ce sol dégèle. Si la limite de 1,5 degré est dépassée, nous prévoyons que 68 à 508 milliards de tonnes de carbone supplémentaires seront libérées dans l'atmosphère.32 Comparaison: Jusqu'à présent, nous en sommes à environ 500 milliards de tonnes d'émissions humaines.

Les points de basculement peuvent même anéantir des écosystèmes entiers. Par exemple, on s'attend à ce que 99% des coraux tropicaux disparaissent lorsque la température moyenne mondiale augmentera de 2°C. Cela se produit en raison des interactions entre le réchauffement, l'acidification des océans et la pollution. Cela signifierait une perte massive de la biodiversité marine et des moyens de subsistance de l'homme: Les récifs coralliens abritent un quart de toutes les espèces marines et 500 millions de personnes dépendent directement ou indirectement de choses comme la nourriture, le tourisme et la protection contre les tempêtes.33

Nos forêts tropicales pourraient également s'effondrer très bientôt. Un point de basculement dans la région amazonienne pourrait aller de 40% de déforestation à seulement 20% de perte de surface forestière. Depuis 1970, 17% de cette somme a déjà été perdue. La combinaison du réchauffement climatique et de la déforestation pourrait bientôt nous amener dans la zone dangereuse où la forêt tropicale humide ne peut pas générer suffisamment de précipitations pour se maintenir par évapo-transpiration. Dans ce cas, l'Amazonie se dégraderait en savane.34

Les forêts du Nord sont également en danger. Le réchauffement a déjà provoqué une infestation importante d'insectes et une augmentation des incendies. L'année dernière, par exemple, une zone forestière de la taille de la Suisse a brûlé en Sibérie. La suie noire accélère le dégel de l'Arctique lorsqu'elle se dépose sur la glace - un autre exemple de la façon dont ces processus se renforcent mutuellement.35

Tous ces processus de retour d'information réduisent encore une fois de manière significative nos chances d'atteindre la note de 1, 5 degré. Le budget d'émissions restant pour une chance sur deux de rester dans les limites du réchauffement de 1,5 degré n'est que d'environ 500 gigatonnes (Gt) de CO2. Les émissions du pergélisol pourraient réduire ce budget d'environ 20 % (100 Gt CO2), sans compter le méthane provenant du pergélisol profond ou des hydrates sous - marins. Si les forêts sont proches des points de basculement, la mort de l'Amazonie pourrait libérer 90 Gt de CO2 supplémentaires et les forêts boréales 110 Gt de CO2 supplémentaires. Comme les émissions totales de CO2 dans le monde dépassent encore 40 Gt par an, le budget restant pourrait déjà être presque entièrement épuisé.

Le CO2 atmosphérique a déjà atteint un niveau observé pour la dernière fois il y a environ quatre millions d'années, dans le Pliocène. Il se rapproche rapidement des derniers niveaux observés il y a environ 50 millions d'années - à l'Éocène - lorsque les températures étaient jusqu'à 14°C plus élevées qu'à l'époque préindustrielle. Une explication possible de ces températures à nouveau nettement plus élevées est que les modèles ont négligé un point de basculement important: Un modèle de résolution des nuages publié cette année suggère que la rupture brutale du nuage de stratocumulus au - dessus d'environ 1’200 parties par million de CO2 pourrait avoir entraîné un réchauffement de la planète d'environ 8°C.

Tous ces faits suggèrent que nous sommes dans une situation extrêmement dangereuse avec des risques massifs. Nous exigeons de notre gouvernement une réponse adaptée à cette urgence.

Je ne pense pas que ce sera si grave, c’est probablement ce que tu penses maintenant - et à juste titre, après tout tu n'en entends presque jamais parler dans nos médias.

Les raisons pour lesquelles ces scénarios font si peu parler d'eux dans les médias sont complexes:

  • D'une part, de nombreux journalistes sont simplement des "êtres humains" et ont leurs propres mécanismes de défense cognitive (voir "Psychologie du climat").
  • D'autre part, la chute de la civilisation humaine est tout simplement un sujet d'actualité très peu agréable à traiter - à un moment donné, les gens en ont assez de la fin du monde.
  • Le facteur publicité ne doit pas non plus être sous - estimé. Un rapport publié par l'ETH indique que l'influence du financement de la publicité sur le contenu éditorial est "incontestée".36 On ne peut pas nier, par exemple, que les industries fossiles, surtout les constructeurs automobiles, représentent une part importante des recettes publicitaires. L'historienne Ariane Tanner renvoie dans ce contexte à d'innombrables exemples où le sujet a été présenté de manière déformée, comme la couverture de la manifestation nationale pour le climat l'automne dernier: beaucoup de place pour les opposants à la protection du climat ou au cyclisme, peu ou très peu pour la manifestation elle-même.37, 38

En outre, les prévisions du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) (le comité des scientifiques du climat des Nations unies *) sous - estiment systématiquement et parfois massivement les développements réels:

  • En 2001, le GIEC a estimé que le niveau de la mer augmenterait de moins de 2 mm par an. En fait, l'élévation du niveau de la mer était de 3,3 mm par an.
  • En 2007, le GIEC a indiqué que l'Arctique ne perdrait pas sa glace d'été avant 2070. Aujourd'hui, nous prévoyons que l'Arctique sera libre de glace de mer en été dès 2030. 39
  • Le dégel du permafrost (un élément de basculement dangereux, voir "En savoir plus sur les points de basculement climatiques") était déjà aussi avancé en 2019 dans certaines stations de surveillance que ce que le GIEC avait prévu à l'origine pour 2090.40

Et pourquoi donc? Le GIEC est obligé de parvenir à un consensus entre de nombreux partis, ce qui fausse ses prévisions. Comme conséquence, on observe une tendance à privilégier les scénarios "les moins dramatiques". Son rapport doit être approuvé par tous les gouvernements, y compris les États pétroliers comme l'Arabie saoudite. C'est pourquoi le GIEC est en retard sur la science climatique actuelle, même si ses derniers rapports sont exceptionnellement clairs.41

À propos des auteurs : Matthias & Nicola sont en troisième année d'études en sciences de l'environnement à l'ETH et ont tous deux participé activement à la grève du climat depuis le premier jour.

Références

  1. IPCC 2018: “Summary for Policymakers”, https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2019/05/SR15_SPM_version_report_LR.pdf
  2. Scientific American (2014): “Climate Risks as Conclusive as Link between Smoking and Lung Cancer”, https://www.scientificamerican.com/article/climate-risks-as-conclusive-as-link-between-smoking-and-lung-cancer/
  3. The New Yorker (2019): ““Kochland” Examines the Koch Brothers’ Early, Crucial Role in Climate-Change Denial”, https://www.newyorker.com/news/daily-comment/kochland-examines-how-the-koch-brothers-made-their-fortune-and-the-influence-it-bought
  4. Der SPIEGEL (2007): «10.000 Dollar für Widerlegung der Klimastudie ausgelobt», https://www.spiegel.de/wissenschaft/natur/oelindustrie-10-000-dollar-fuer-widerlegung-der-klimastudie-ausgelobt-a-463887.html
  5. Welches leider auch gleich einige der reichsten und mächtigsten Konzerne der Welt sind. The Guardian (2017): “Just 100 companies responsible for 71% of global emissions, study says”, https://www.theguardian.com/sustainable-business/2017/jul/10/100-fossil-fuel-companies-investors-responsible-71-global-emissions-cdp-study-climate-change
  6. Wikipedia (2020): “Global Warming Controversy”, https://en.wikipedia.org/wiki/Global_warming_controversy
  7. Tagesanzeiger (2020): “«Shell Papers»: Dutzende Multis finanzierten Klima-Skeptiker», https://www.tagesanzeiger.ch/wirtschaft/standardshell-papers-dutzende-multis-finanzierten-klimaskeptiker/story/21591385
  8. NZZ (2019): “Der Klimakrieg: Ein internationales Netz von Klimaskeptikern greift Forscher an», https://nzzas.nzz.ch/hintergrund/klimawandel-wissenschaft-wird-von-leugnern-weltweit-diffamiert-ld.1465989?reduced=true
  9. The Guardian (2018): “How the Koch brothers built the most powerful rightwing group you've never heard of”, https://www.theguardian.com/us-news/2018/sep/26/koch-brothers-americans-for-prosperity-rightwing-political-group
  10. Desmog (2020): “Americans For Prosperity”, https://www.desmogblog.com/americans-for-prosperity
  11. Correctiv (2020): “Die Heartland-Lobby”, https://correctiv.org/top-stories/2020/02/04/die-heartland-lobby/
  12. Ganzer Abschnitt mit leichten Ergänzungen aus Christian Stöckers Artikel im SPIEGEL (2019): «Gemeinsam gegen den Golem», https://www.spiegel.de/wissenschaft/mensch/klimakrise-gemeinsam-gegen-den-golem-a-1286896.html
  13. The Guardian (2019): “Exxon sowed doubt about climate crisis, House Democrats hear in testimony”, https://www.theguardian.com/business/2019/oct/23/exxon-climate-crisis-house-democrats-hearing
  14. Per Espen Stoknes: “What We Think About When We Try Not To Think About Global Warming”, https://www.researchgate.net/publication/280683963_What_We_Think_About_When_We_Try_Not_To_Think_About_Global_Warming
  15. Seit 1970 sind die weltweiten Wirbeltierpopulationen um mehr als 60% geschwunden. WWF (2018): “Living Planet Report», https://www.wwf.ch/sites/default/files/doc-2018-10/LPR2018_Full%20Report%20Pages_22.10.2018_0.pdf
  16. The Guardian (2019): «Are hurricanes getting stronger – and is climate breakdown to blame?», https://www.theguardian.com/world/2019/may/20/are-hurricanes-getting-stronger-and-is-the-climate-crisis-to-blame
  17. Hitzesommer wie 2003 oder 2018 werden zum Normalfall. Bundesamt für Umwelt (2018): «Hitze und Trockenheit im Sommer 2018», https://www.bafu.admin.ch/bafu/de/home/themen/klima/publikationen-studien/publikationen/hitze-und-trockenheit.html
  18. Zum Beispiel das durch Hitzewellen ausgelöste Sterben von 98% aller Bodeninsekten in Puerto Rico. The Guardian (2019): “Insect collapse: ‘We are destroying our life support systems’”, https://www.theguardian.com/environment/2019/jan/15/insect-collapse-we-are-destroying-our-life-support-systems?fbclid=IwAR02PMolwt1UYuGYdc1szbYvcgWkPDQZRvXpQAerTKbsx4eNNrcyILg_zpQ
  19. Der SPIEGEL (2008): «Forscher warnen vor Klima-Hungersnöten», https://www.spiegel.de/wissenschaft/mensch/globale-erwaermung-forscher-warnen-vor-klima-hungersnoeten-a-532408.html
  20. Schätzungen gehen bis zu 2 Milliarden Menschen in einem ungebremsten Szenario. Charles Geisler & Ben Currens (2017): «Impediments to inland resettlement under conditions of accelerated sea level rise», https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0264837715301812
  21. The Guardian (2015): «Tackle climate change or face resource wars, Lord Ashdown warns», https://www.theguardian.com/environment/2015/sep/09/tackle-climate-change-or-face-resource-wars-lord-ashdown-warns
  22. wie ausgeführt im IPCC-Sonderbericht von 2018. Kurz gefasst ist die 2-Grad Grenze der Moment, an dem es auch für den reichen globalen Norden so richtig unangenehm wird - viele Regionen des globalen Südens sind dann aber schon unbewohnbar. IPCC 2018: “Summary for Policymakers”, https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2019/05/SR15_SPM_version_report_LR.pdf
  23. oder, für eine übersichtliche Zusammenfassung:, https://www.wri.org/blog/2018/10/half-degree-and-world-apart-difference-climate-impacts-between-15-c-and-2-c-warming
  24. Lenton et al. (2019): «Climate tipping points — too risky to bet against», https://www.nature.com/articles/d41586-019-03595-0
  25. Steffen et al. (2018): “Trajectories of the Earth System in the Anthropocene”, https://www.pnas.org/content/115/33/8252
  26. Die Frage, ob man Menschenleben einfach in Dollar ausdrücken kann, lassen wir hier mal offen. Tyndall Center for Climate Change Research (2018): “Risks associated with global warming of 1.5°C or 2°C”, https://tyndall.ac.uk/sites/default/files/publications/briefing_note_risks_warren_r1-1.pdf
  27. 317 Billionen Dollar, aus Credit Suisse (2018): “Global Wealth Report 2018”, https://www.credit-suisse.com/media/assets/corporate/docs/publications/research-institute/global-wealth-report-2018-en.pdf
  28. American Association for the Advancement of Science (2019): “New Climate Models Predict a Warming Surge”, https://www.sciencemag.org/news/2019/04/new-climate-models-predict-warming-surge
  29. Selbstverständlich sind solche Prognosen umstritten. Sie beinhalten viele kaum abzuschätzende Elemente wie Hungersnöte, Wasserknappheit und vor allem die menschlichen Reaktionen darauf (Massenmigration, sozialer Kollaps, Ressourcenkriege, potenziell der Einsatz von Atomwaffen). Der springende Punkt: Genau so, wie wir solche Szenarien nicht richtig vorhersagen können, können wir sie auch nicht mit Sicherheit ausschliessen. Mehr dazu in einem Artikel des renommierten Professors William E. Rees (2019): «Yes, the Climate Crisis May Wipe out Six Billion People”, https://thetyee.ca/Analysis/2019/09/18/Climate-Crisis-Wipe-Out/
  30. Die Fakten aus diesem Abschnitt stammen grösstenteils aus diesem Artikel im renommierten Wissenschaftsjournal Nature (2019): «Climate tipping points — too risky to bet against», https://www.nature.com/articles/d41586-019-03595-0
  31. MacDougall et al. (2012): “Significant contribution to climate warming from the permafrost carbon feedback”, https://www.nature.com/articles/ngeo1573
  32. WWF (2018): «Korallen. Was unter der Meeresoberfläche abgeht», https://www.wwf.ch/sites/default/files/doc-2018-09/2018_Faktenblatt%20Korallen_d.pdf
  33. The Guardian (2019): «Amazon rainforest 'close to irreversible tipping point'”, https://www.theguardian.com/environment/2019/oct/23/amazon-rainforest-close-to-irreversible-tipping-point
  34. Greenpeace (2019): «Massive Waldbrände in Sibirien sind eine Klimakatastrophe», https://www.greenpeace.ch/de/story/33835/massive-waldbraende-in-sibirien-sind-eine-klimakatastrophe/
  35. ETH Zürich Research Collection (2017): «Medien und Meinungsmacht», https://www.research-collection.ethz.ch/bitstream/handle/20.500.11850/125191/eth-50273-01.pdf
  36. Ariane Tanner (2019): «Kontertext: Vereint im Untergang», https://www.infosperber.ch/Medien/Werbung-Okologie
  37. Zur Illustration die Titelseiten und Berichte der drei grössten Tages- und Sonntagszeitungen:, https://twitter.com/hansi_voigt/status/1179290148833505280
  38. Scientific American (2012): “Climate Science Predictions Prove Too Conservative”, https://www.scientificamerican.com/article/climate-science-predictions-prove-too-conservative/
  39. Louise M. Farquharson (2019): “Climate Change Drives Widespread and Rapid Thermokarst Development in Very Cold Permafrost in the Canadian High Arctic”, https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1029/2019GL082187
  40. David Spratt & Ian Dunlop (2018): «What LIES beneath. The Understatement of Existential Climate Risk”, https://www.breakthroughonline.org.au/whatliesbeneath