Rejoins la Grève du Climat près de chez toi ou organise-la toi-même !

Cet été, nous pouvons ressentir dans notre propre chair les conséquences du réchauffement global. Les gestes les plus simples deviennent un calvaire. Nous ne pouvons pas étendre notre linge sans baigner dans la sueur. Pour les ouvrier·ères du bâtiment, les couvreur·euses ou les travailleur·euses de la route, travailler à l'extérieur constitue actuellement un danger de mort.

Morts de chaud pour le profit des compagnies pétrolières

À Madrid, un balayeur de rue est mort suite à un coup de chaleur. Des milliers de personnes ont subi le même sort dans toute l'Europe. Les personnes âgées et celles qui ont des antécédents médicaux sont particulièrement exposées. C'est aussi la raison de la plainte des Aînées pour la protection du climat contre le Conseil fédéral. Elles reprochent - à juste titre - au gouvernement de ne pas protéger suffisamment les femmes âgées contre les conséquences mortelles de la crise climatique.

Alors que tout l'hémisphère nord souffre de la sécheresse, des incendies de forêt et de la chaleur, les entreprises fossiles comme Glencore, Shell ou BP réalisent des bénéfices records. Leurs projets d'extension de l'extraction de pétrole, de gaz et de charbon réchaufferaient la terre à tel point que la limite de 1,5 degré serait dépassée. Personne ne peut plus nier qu'une poignée d'entreprises et de banques détruisent sciemment notre existence et acceptent la mort de nos semblables pour un peu plus de profit.

Grève mondiale pour le climat le 23 septembre

Pendant ce temps, on nous explique que nous devons prendre quelques minutes de moins sous la douche parce que Poutine fait du chantage à l'Europe avec ses livraisons de gaz. La vérité, c'est que pendant des décennies, le développement des énergies renouvelables a été sciemment empêché par une majorité bourgeoise et le lobby des énergies fossiles. Les présidents actuels ou anciens des partis de droite, Albert Rösti et Thierry Burkart, ainsi que de nombreux·ses autres politicien·nes de la Berne fédérale, se sont fait une fortune avec le commerce des combustibles fossiles.Grève du Climat s'oppose à cette attaque contre notre existence. Nous appelons à une grève mondiale pour le climat le 23 septembre. Demandons des comptes aux vrai·es pollueur·euses et organisons-nous pour une société sociale et écologique qui place l'être humain au centre plutôt que le profit.

C'est ainsi que nous lutterons contre la crise climatique, assurerons un approvisionnement énergétique sûr et nous rendrons indépendants du gaz naturel de Poutine.

Nous sommes à un moment crucial de l'Histoire : c'est le moment de se joindre aux protestations mondiales et de s'opposer aux banques, aux entreprises et aux dictateurs qui sacrifient nos vies pour leurs propres profits. Ensemble, nous pouvons construire une société écologique et sociale.