A propos du rejet du projet de loi sur le CO2 : 

Bien que la loi sur le CO2 ait été rejetée par l'électorat suisse, cela ne signifie pas que la population ne souhaite pas plus de protection ! Bien au contraire, selon une récente étude de l’Université de St-Gall, 60 % de la population soutient un objectif de zéro émissions nettes d'ici 2030 et plus de la moitié des jeunes soutiennent la Grève du Climat dans ses combats nous apprend la Fédération Suisse des Parlements des Jeunes

Cette loi sur le CO2, très largement insuffisante, a privilégié l'opinion des représentant·e·s de l’économie et de la finance par rapport aux militant·e·s pour justice climatique et n'a même pas réussi à convaincre la Grève grève pour le climat. Si la loi sur le CO2 avait été plus cohérente, ambitieuse, et sociale, l'ensemble du mouvement pour la justice climatique et la population auraient pu se rallier derrière elle et l’accepter.  Les Accords de Paris sur le climat, que la Suisse a ratifiés, n’auraient pas été respectés avec cette loi sur le CO2. Les émissions nationales ne devaient être réduites que de 37,5 % entre 1990 et 2030. Ce chiffre est nettement inférieur à l'objectif de réduction de 55 % fixé par l'UE d'ici à 2030. 

Les mesures de protection du climat doivent être socialement acceptables et la population doit se sentir impliquée et entendue. En outre, il nous faut des objectifs de réduction qui tiennent compte de l'Accord de Paris mais aussi de la responsabilité matérielle historique et actuelle de la Suisse. Nous ne pouvons pas imaginer une politique climatique qui cible les travailleuses/travailleurs et les personnes les plus pauvres, en individualisant la responsabilité. Ce qu'il faut maintenant, ce sont des mesures rapides qui ciblent les véritables responsables de la crise climatique. Ce sont les riches, les multinationales et la place financière suisse. Pas la population

Avec la publication de son Plan d'action Climatique (PAC) en janvier 2021, la Grève du Climat a montré qu'il était possible de parvenir à un bilan 0 d’émissions d'ici 2030. Des dizaines d'expert·e·s et de scientifiques de toute la Suisse ont compilé 138 mesures de protection du climat réalisables. Ce plan montre à quoi pourrait ressembler une société respectueuse du climat.

A propos de l'adoption de la nouvelle loi MPT :

L'adoption de la nouvelle loi MPT suscite la peur et la crainte au sein de la Grève du Climat. Avant même le vote, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et la Police Fédérale n'ont pas hésité à criminaliser la Grève du Climat et à leur refuser le droit à la liberté d'expression. Avec cette attaque frontale contre les droits de l'homme, il faut craindre que les militant·e·s politiques et à fortiori la Grève du Climat doivent s'attendre à une forte répression étatique à l'avenir. Si la MPT devait se voir être appliquée contre des grévistes du climat ou des membres d'autres mouvements sociaux, la Grève du Climat se défendra par tous les moyens, tant juridiques que politiques. 

Nous condamnons cette attaque contre les droits de l'homme dans les termes les plus forts possibles. Alors que les grandes entreprises et les États détruisent nos moyens de subsistance en toute impunité, et poussent des millions de personnes à la fuite ou à la mort, les personnes qui s'opposent à ce système meurtrier sont criminalisées.

Et maintenant ? 

Pour les mouvements pour la justice climatique et pour la population suisse, la lutte pour une protection efficace du climat continue. Du 28 juillet au 11 août, des journées d'action seront organisées contre les institutions financières. En automne, la Grève pour l’Avenir appellera également à nouveau à des mobilisations de masse.

Voir plus